Confort de lecture
Diminuer la taille de la policeAugmenter la taille de la policeInverser le contrasteRétablir les styles par défautPour imprimer le document, utilisez les fonctionnalités de votre navigateur.

La formation

Les personnes handicapées ont accès à l’ensemble des actions de formation proposées aux salariés et aux demandeurs d’emploi. Des psychologues du travail évaluent les possibilités personnelles d’accès à une formation de droit commun ou spécialisée.

L’équipe pluridisciplinaire peut demander la réalisation d’un bilan pour évaluer les différents projets professionnels. Ce bilan lui permet ensuite d’établir les préconisations d’orientation professionnelles transmises à la CDAPH pour décision.

Pôle Emploi peut aussi mettre en œuvre une "prestation d’orientation professionnelle spécialisée" (POPS).

 

Les centres de préorientation

Les centres de préorientation accueillent sur décision de la CDAPH des personnes qui ont besoin de définir un projet professionnel ou de formation adapté, lors de stages d’une durée de 8 à 12 semaines. Les frais de séjour sont pris en charge par l’Assurance Maladie.

La personne expérimente différentes situations de travail ; elle étudie les perspectives professionnelles de différents métiers pour élaborer son projet professionnel avec Pôle Emploi.

 

Les Centres de Rééducation Professionnelle

Les Centres de Rééducation Professionnelle dispensent des formations qualifiantes aux personnes handicapées. Ils accueillent sur décision de la CDAPH des personnes handicapées pour les entraîner, ou entraîner à nouveau, au travail afin d’aider à leur insertion professionnelle.

Les travailleurs handicapés bénéficient des aides accordées aux stagiaires de la formation professionnelle. Le coût de la formation et les frais de séjour sont pris en charge par l’Assurance maladie.

Les informations concernant les Centres de Rééducation Professionnelle (programmes, activités, calendrier…) sont disponibles auprès de Pôle Emploi.

 

L’insertion professionnelle des jeunes

A la fin de leur scolarité, les jeunes handicapés peuvent demander à bénéficier des dispositifs de droit commun si :

  • ils ont été pris en charge par des établissements et services médico-sociaux (IME ou ITEP)
  • ou ils ont été scolarisés dans des dispositifs adaptés (ULIS)et s’ils sont connus de la MDPH

Ces jeunes pourront, par exemple, entrer dans une démarche d’apprentissage.

Il est important de préparer ce projet de vie et professionnel avec les équipes des établissements ou des ULIS. Une reconnaissance de la qualité de travailleur handicapé n’est pas obligatoire mais elle peut être utile. En effet cette reconnaissance peut donner l’accès aux aides pour un accompagnement vers l’emploi.

Deux dispositifs proposent l’accompagnement des jeunes handicapés dans leur insertion professionnelle : la plateforme D’PARH et la Cellule  d’appui SARAH.  La MDPH est l’interlocuteur à contacter pour bénéficier de l’un ou l’autre des dispositifs.

 

D’PARH - Dispositif Préparatoire à l’Apprentissage Réussi des personnes en situation de Handicap

D’PARH permet de préparer les jeunes à une démarche d’insertion professionnelle. Ses objectifs sont :

  • la sensibilisation aux métiers
  • un renforcement des acquis scolaires
  • une aide à l’autonomisation sociale et professionnelle
  • une aide à la validation d’un projet professionnel

L’objectif final est la signature d’un contrat d’apprentissage au terme de cette année d’accompagnement. Les bénéficiaires du dispositif ont le statut de stagiaire de la formation professionnelle. Ils sont donc rémunérés.

Qui peut en bénéficier ?

D’PARH s’adresse principalement aux élèves d’IME et d’ULIS. Elle peut accueillir 13 personnes chaque année. Pour en être bénéficiaire, il faut :

  • être âgé d’au moins 16 ans (pas de barrière d’âge maximum)
  • être inscrit à pôle emploi
  • avoir un projet d’apprentissage en milieu ordinaire de travail
  • être bénéficiaire d’une RQTH

Des évaluations sont réalisées en septembre pour mesurer le niveau des candidats (tests en français et mathématiques, épreuves de logique). Le niveau exigé pour être retenu se situe autour d’un niveau CE1 / CE2 en français et en mathématiques.

Quelle durée ?

L’accompagnement se déroule de novembre à juin :

  • temps partagé entre 6 semaines en centre et 13 semaines en entreprise
  • 5 jours par semaine sur la base de 6 heures par jour

Les entrées dans le dispositif se font au 1er novembre. Une dérogation peut être octroyée pour une entrée jusqu’au 1er décembre.

A qui s’adresser ?

Les Terrasses
22, rue du vivier
79 020 Niort

 

 

La cellule d’appui SARAH

La cellule d’appui SARAH suit les jeunes reconnus handicapés pendant le temps de leur apprentissage (2 ans). La rémunération des apprentis est variable selon l’âge de la personne et l’année d’apprentissage dans laquelle il se trouve. Un suivi est réalisé à 6 mois, au terme du contrat d’apprentissage.

Un conseiller en insertion professionnelle de l’établissement "Les Terrasses" assure la coordination avec les partenaires extérieurs et l’accompagnement social et professionnel du jeune au cours de son parcours de formation. Un référent du CFA (Centre de Formation d’Apprentis) assure la coordination en entreprise et l’accompagnement scolaire de l’apprenti.

A qui s’adresser ?

Les Terrasses
22, rue du vivier
79 020 Niort